L’Ampelmännchen à travers l’Allemagne

Par Clara Elchebly

L’Ampelmännchen est de nos jours présent dans les rues de Berlin ainsi que dans les rues d’autres villes à travers l’Allemagne. La compagnie Ampelmann GmbH propose aux curieux des produits souvent extravagants. En observant cela, on peut se questionner sur l’importance de l’Ampelmännchen. Étant un produit de la RDA, un pays n’existant plus depuis 1990, l’Ampelmännchen a survécu. Mais qu’est-il devenu ? Un objet symbolisant la réunification de l’Allemagne où le meilleur des deux pays a été combiné ? Un objet rappelant aux habitant.e.s de l’ex-RDA un pays disparu dont beaucoup de traces ont été effacées ? Un objet au potentiel commercial qui a été englouti par la vague capitaliste ayant frappé l’ex-RDA ?

Rescapé de justesse, l’Ampelmännchen a survécu et s’est imposé à travers les rues de la capitale allemande. Ainsi, en 2019, l’Ampelmännchen invite les piétons à traverser les rues ou à rester sur le trottoir dans les rues de Berlin, comme il le faisait en 1969 (année de son implantation à Berlin-Est). Comme le mentionne Marven (2013), l’Ampelmännchen fait aujourd’hui partie des objets liés à l’ostalgie qui sont les plus visibles à Berlin et surtout les plus vendus aux touristes. Non seulement préservé dans les quartiers de Berlin-Est, l’Ampelmännchen a été introduit en 2005 dans les quartiers de Berlin-Ouest (Ampelmann GmbH, 2019d ; Dobrinkat et Brunner, 2005). Et son implantation à l’Ouest ne s’est pas faite qu’à Berlin : dès 1997, l’Ampelmännchen fait son apparition à Überlingen (Massia, 2014). Dans les années qui suivent, l’Ampelmännchen fait son apparition dans plusieurs villes de l’Ouest, notamment à Sarrebruck, à Brême, à Tübingen, à Heidelberg, à Hanau et à Kassel (Massia, 2014 ; Schmid, 2011).

De son côté, l’Ampelfrau progresse également. Apparue en 2004 dans les rues de Zwickau, elle est intégrée la même année dans les rues de Dresde (Kandil et al., 2017). En 2008, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, l’Ampelfrau fait le saut à l’Ouest et apparaît à Cologne (Massia, 2014).

À travers l’Allemagne, l’Ampelmännchen et l’Ampelfrau ne sont d’ailleurs plus seuls. Le site internet d’Ampelmann GmbH recense les différents feux de circulation existant en Allemagne. Parmi eux, notons les suivants : à Erfurt, l’Ampelmännchen peut être aperçu portant différents accessoires, notamment un parapluie, un sac d’école, un cornet de crème glacée ou un gâteau d’anniversaire ; à Mayence, on retrouve depuis 2016 le Mainzelmännchen, un petit personnage de dessins animés ; à Augsburg, le Kasperle vert invite les piétons à traverser la rue à proximité du théâtre de marionnettes Puppenkiste ; à Hambourg, à Francfort-sur-le-Main et à Cologne, des couples homosexuels remplacent l’Ampelmännchen et l’Ampelfrau (Ampelmann GmbH, 2019e).

Figure 3.1. Variations de l’Ampelmännchen à travers l’Allemagne

©Ampelmann GmbH

En 2001, alors que l’Ampelmännchen célèbre ses 40 ans, le premier magasin de la compagnie Ampelmann GmbH ouvre ses portes à Berlin dans les Hackesche Höfe. Outre le magasin original dans les Hackesche Höfe, le magasin principal d’Ampelmann GmbH est situé au coin des rues Friedrichstraße et Unter den Linden – il s’agit d’ailleurs de la première intersection ayant accueilli l’Ampelmännchen (Ampelmann GmbH, 2019f). On peut difficilement rêver d’un endroit plus approprié pour ce magasin, qui profite au passage d’un excellent coup de publicité. Dans les années qui suivent l’ouverture du premier magasin, un total de huit magasins seront ouverts à Berlin, tous à proximité de lieux hautement touristiques, et la compagnie ouvrira même un magasin à Tokyo, au Japon, et un autre à Séoul, en Corée du Sud (Ampelmann GmbH, 2019f ; Bach, 2017 ; Massia, 2014).

Figure 3.2. Magasins d’Ampelmann GmbH

L’Ampelmännchen et son succès commercial illustrent bien un phénomène qui est apparu après la réunification de l’Allemagne : l’Est a appris de l’Ouest. Avec la campagne du « Committee zur Rettung des Ampelmännchens », le personnage est-allemand a bénéficié d’une importante publicité avec la création de nombreux produits à son effigie (Cooper, 1998 ; Velikonja, 2009). Markus Heckhausen et Joachim Roßberg en ont également profité pour fabriquer et vendre des produits dérivés de l’Ampelmännchen, comme discuté dans le deuxième article de cette série. Les magasins comme ceux d’Ampelmann GmbH se disent engagés dans la préservation de l’histoire et ils se sentent chargés d’une mission visant à transmettre l’histoire aux générations futures (Bach, 2017).

Mignon et dénué de toute connotation politique, l’Ampelmännchen rappelle une Allemagne de l’Est amusante, « un univers devenu exotique, un univers dont on apprécie le décalage avec le monde actuel » (Chauliac, 2018). D’ailleurs, l’Ampelmännchen figurant sur la plupart des produits de la compagnie Ampelmann GmbH se dirige vers la droite, tandis qu’il se dirige vers la gauche sur les feux de circulation. Questionné à ce sujet, Heckhausen répondra en 2005 qu’il s’agissait d’un choix esthétique (Massia, 2014). Cette information est également confirmée sur le site internet d’Ampelmann GmbH, où il est mentionné que l’Ampelmännchen se dirige vers la droite, car il est ainsi « plus élégant et dynamique » (Ampelmann GmbH, 2019b).

Figure 3.3. Sens de marche de l’Ampelmännchen

En voyant cette disparité, on peut se questionner sur la mission historique revendiquée par les magasins comme Ampelmann GmbH. Dissociés de leur contexte initial, les produits de l’ostalgie projettent aujourd’hui l’image d’une utopie de l’Allemagne de l’Est telle qu’elle n’a jamais existé (Berdahl, 1999). Ces produits dits ostalgiques, peu importe leur provenance ou leur véracité, sont aujourd’hui convoités par des personnes ayant vécu ou non en RDA qui souhaitent retrouver un lien avec le passé, que ce passé ait existé ou non (Chauliac, 2018). La RDA en tant qu’entité politique n’existe plus depuis 1990, mais une certaine forme de sa mémoire et de sa culture a survécu (Jampol, 2012). Toutefois, l’ostalgie est « fortement critiquée en tant que déformation de la réalité et tentative d’atténuation des crimes du régime communiste » (Chauliac, 2018). En parcourant le site internet d’Ampelmann GmbH, on peut constater l’existence de toutes sortes de produits dérivés de l’Ampelmännchen et de l’Ampelfrau. Outre la lampe, le premier produit créé par Heckhausen en 1995, on retrouve maintenant des tasses, des sangles de bagage, des canards en plastique, des sacs et même des nouilles ! (Ampelmann GmbH, 2019g) La production et la vente de ces objets dérivés qui n’ont aucun lien avec la signalisation routière contribuent-elles réellement à la sauvegarde de l’histoire auprès des générations futures ?

Figure 3.4. Produits en vente par Ampelmann GmbH

©Ampelmann GmbH

Devant toutes ces variantes de l’Ampelmännchen, on peut se demander quelle est la place actuelle de ce petit personnage sympathique inventé en 1961 par le psychologue Karl Peglau. L’étude de l’équipe de Claudia Peschke publiée en 2013 démontre la supériorité de l’Ampelmännchen par rapport à son homologue de l’Ouest. Grâce au comité de sauvegarde de l’Ampelmännchen, le « Committee zur Rettung des Ampelmännchens », le petit bonhomme est-allemand a été sauvé de l’extinction, contrairement à beaucoup d’objets issus de l’ex-RDA, qui ont disparu du jour au lendemain. Certains considèrent que la survie de l’Ampelmännchen après la réunification de l’Allemagne illustre l’unité allemande en plus de prouver que « tout n’était pas gris à l’Est » (Bartmanski, 2011).

D’un autre côté, l’Ampelmännchen est devenu un objet particulièrement important du capitalisme. En 2005, la compagnie Ampelmann GmbH enregistrait un chiffre d’affaires de 2,4 millions d’euros (Massia, 2014). La compagnie offre aujourd’hui environ 600 produits dérivés de l’Ampelmännchen (Ampelmann GmbH, 2019h). Le travail créatif de la compagnie a connu un véritable essor depuis les six premiers modèles de lampe présentés en 1995 par Heckhausen ! (Ampelmann GMbH, 2019c, 2019d) Et parmi ces objets, certains sont éphémères, comme les nouilles et les bonbons. Ce sont d’ailleurs ces produits, ainsi que la gomme à effacer, qui m’ont le plus étonnée lorsque je les ai vus. En effet, je trouve aberrante l’existence même de tels produits, voués à la disparition dès qu’ils sont utilisés !

L’Ampelmännchen présenté par la compagnie Ampelmann GmbH veut rappeler un passé révolu, toutefois inexistant, en idéalisant ce petit personnage originaire de la RDA. Mais en créant de nouveaux usages pour l’Ampelmännchen, la compagnie lui a-t-elle créé une nouvelle histoire ? En consultant le site internet de la compagnie Ampelmann GmbH, Heckhausen est présenté comme le fondateur du « Committee zur Rettung des Ampelmännchens » et comme le sauveur de l’Ampelmännchen. S’il est vrai qu’il a contribué au mouvement de sauvegarde de l’Ampelmännchen, il n’est pas le seul à y avoir participé et c’est la pression combinée des membres du comité et de l’opinion publique qui ont finalement permis la survie de l’Ampelmännchen.

Enfin, comme l’exprime si bien Bartmanski en 2011, si l’Ampelmännchen n’avait pas été menacé d’extinction, serait-il devenu l’icône de l’ostalgie qu’il est aujourd’hui et serait-il devenu un objet aussi rentable ? Il est impossible de répondre à cette question – nous ne pouvons que spéculer sur la réponse.

Posts created 36

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut